Hakeem Olajuwon | Quiz NBA

hakeem-olajuwon-quiz-nba-basket Hakeem Olajuwon | Quiz NBA

Hakeem Olajuwon aka « The Dream » est l’un des meilleurs pivots de tous les temps ! Sa panoplie et sa maîtrise du jeu au poste reste aujourd’hui encore inégalé. 
Retour sur le parcours du meilleur joueur de l’histoire des Houston Rockets !

Un potentiel qui fait rêver

Akeem Abdul Olajuwon (qui rajoutera un « H » à son prénom en 1991 suite à sa conversion à la religion musulmane) commence le basket à l’âge de 15 ans seulement. Des débuts tardifs dans ce sport qui ne l’empêcheront pas, une fois arrivé aux Etats-Unis, de dominer dans l’université de Houston aux cotés du futur Hall Of Famer et futur coéquipier, Monsieur Clyde « The Glyde » Drexler.

Sa dernière saison de NCAA est impressionnante, il finit avec une moyenne de 16.8 pts, 13.5 rebonds et 5.6 contres. Tout ceci avec une précision de 67,5% de réussite aux tirs ! Ces stats lui permettent d’être sélectionné en première position de la draft 1984 par les Houston Rockets, et ceci devant un certain Michael Jordan !

Des débuts convaincants

La saison rookie d’Hakeem est tout simplement époustouflante ! Olajuwon fini en 20.6 points, 11.9 rebonds et 2.7 contres par match ! En même temps, c’est bien normal, le Nigérian est incroyablement mobile et agile pour un pivot de 2,13m. Il n’est pas rookie cette année-là, devancé par celui qui deviendra le G.O.A.T, Monsieur Michael Jordan !

Le succès des Rockets est donc immédiat, car le jeune Hakeem forme avec Ralph Sampson (pivot de 2,24m) une raquette ultra dominante.
Le duo atteint les finales NBA la saison suivante à la suite d’une victoire écrasante 4-1 contre les célèbres Lakers de Magic Johnson et Kareem-Abdul-Jabbar. Hakeem est monstrueux sur cette série, tournant en 30pts et 11 rebonds de moyenne, hallucinant !

La marche vers le titre est trop haute pour s’imposer face aux favoris. Les Rockets s’inclinent donc logiquement 2 à 4 face aux Celtics de Larry Bird plus expérimentés. Cette prestation est quand même bien plus que remarquable, ces très jeune fusées sont potentiellement les champions NBA de demain.

Fin précoce des « Twin Towers »

Hakeem Olajuwon et Ralph Sampson portent l’espoir des Rockets. Malheureusement Ralph Sampson est autant une force qu’une grande faiblesse, car de 1986 à 1988, le joueur ne joue que 62 matchs en raison de genoux fragiles. Les anciens finalistes ne sont donc pas sur une pente ascendante comme espéré et les Rockets prennent la décision de mettre fin aux « Twin Towers » en envoyant Ralph Sampson aux Warriors contre Floyd et Joe Barry Carroll.

C’est donc un nouveau chapitre qui s’ouvre pour les Rockets suite à ce trade et c’est à Hakeem que revient la responsabilité de porter la franchise sur ses épaules, et autant dire que « The Dream » va bien faire son travail. Il multiplie les saisons en finissant à chaque fois parmi les meilleurs scoreurs, rebondeurs et contreurs de la ligue !

Pour preuve, tellement complet, il réalise le troizième Quadruple Double de l’histoire en NBA le 29 mars 1990 contre les Bucks de Milwaukee avec 18 points, 16 rebonds, 10 passes décisives et 11 contres.
Malgré ses performances, depuis la saison 1987-1988, les Rockets ne dépassent pas le moindre tour des playoffs, ils n’y participent même pas en 1992.

Le back to back historique

Rudy Tomjanovich (ancien joueur de la franchise) arrive au poste d’entraîneur pour la saison 1992-1993 et permet enfin aux Rockets de passer le premier tour des playoffs depuis un bon moment. Malheureusement, ils se font éliminer au second tour par les Sonics de Seattle de Gary Payton et Shawn Kemp alors queHakeem tournait en 25,9 points, 14 rebonds et à 4,9 contres de moyennes.

« Hakeem obtient par naturalisation, la nationalité américaine le 2 avril 1993 ».

Sur la saison 1993-1994, Hakeem profite de la première retraite de Michael Jordan, « The Dream » finit cette saison régulière MVP et DPOY (défenseur de l’année), le seul autre joueur à avoir également réussi l’exploit d’obtenir ces 2 trophées au cours de la même saison, et bien c’est notre ami JoJo en 1988.

Ces titres individuels, Hakeem Olajuwon les justifie en atteignant et en battant les Knicks en finales NBA après un match 7 épuisant, prenant ainsi sa revanche sur Patrick Ewing (qui l’avait battu en final NCAA en 1984). MVP, DPOY, MVP des finales, Hakeem devient et reste le seul joueur à avoir réussi cette prouesse !

La saison suivante , Hakeem réitère l’exploit de finir une nouvelle fois DPOY mais également MVP des finales, puisque OUI ! Les Houstoniens réussiront le back to back grâce, notamment, à l’arrivée d’un renfort de taille : l’ancien coéquipier universitaire de Hakeem, Clyde « The Glyde » Drexler, l’un des meilleurs arrières de la ligue qui fut étincelant chez les Trail Blazers de Portland.

loading Hakeem Olajuwon | Quiz NBA

Loading…

Style de jeu

C’est bien beau tout ce parcours, mais comment Hakeem « The Dream » Olajuwon a t-il réussi à s’imposer comme l’un des meilleurs pivots de l’histoire ? Et bien c’est simple : tout commence par sa façon de voir les choses.

Hakeem Olajuwon : « Lorsque je suis arrivé à l’université et que je ne savais pas à quoi ressemblait un pivot. Je disais que j’étais arrière. Je ne voulais absolument pas avoir une position »

Effectivement Hakeem était presque un arrière avec le taille d’un pivot, le mec fait 2,13m, il est très mobile et agile pour cette taille et est capable de rattraper un meneur sur une contre-attaque pour le contrer par derrière. De plus, au delà d’être un excellent rebondeur, il est le meilleur contreur et intercepteur « intérieur » de l’histoire de la NBA (chiffres à l’appui) !

« N’oublions pas que la stat de contres n’est prise en compte qu’a partir de la saison 1973-1974. »

Le meilleur joueur de l’histoire des Rockets était aussi bien un monstre en défense qu’en attaque, pour preuve, il est celui qui a réalisé le plus de 5 five-by-five en NBA (6) et détient 1 quadruple double à son actif.

Olajuwon a ravagé et martyrisé tout les intérieurs de la NBA, aussi bien les meilleurs (Shaq, Ewing, Robinson…) que les plus mauvais, et ceci notamment grâce à sa spéciale, son fameux « Dream Shake« , cette combinaison de feintes lui permettant d’effacer son défenseur !

Hakeem est sans contestation le pivot possédant la meilleure panoplie et technique au poste encore à ce jour. « The Dream » porte bien son nom, car grâce a sa palette offensive et son footwork, on avait l’impression qu’il dansait et qu’il faisait danser ses adversaires quand il jouait au poste bas, aussi bien de face que dos au panier. De surcroît, il était un joueur honnête aux lancers-francs, et tout ça dans une NBA qui pullulait de futurs Hall Of Famer.

C’est simple, si tu laisses Hakeem jouer en isolation au poste, il détruit son vis à vis, et si tu as le malheur de tenter de lui faire une prise à 2, grâce à sa vision du jeu, son QI basket hors-norme et sa qualité de passe, tu t’expose à des shoots ouverts de ses coéquipiers servis par ses soins.

Cette vidéo ci-dessous extrêmement bien détaillée vous montre et vous prouve ce que je viens de vous dire ! Allez la voir c’est un ORDRE !

Fin de carrière

Après ces 2 sacres, et malgré un nouveau renfort de taille du nom de Charkles Barkley venant des Pheonix Suns, les Rockets n’atteindront plus les finales NBA et Hakeem commence tout doucement à être sur le déclin à partir de la saison 1997-1998, notamment dû à des soucis physiques.

Hakeem ne fait pas toute sa carrière a Houston puisqu’il fait ses dernières piges oubliables chez les Raptors de Toronto de 2000 à 2002, trade qui s’effectue suite à son refus de signer un contrat a 13 millions de dollars avec Houston.

Bien entendu, son maillot « 34 » a été retiré par les Houston Rockets et par l’université de Houston, et son intronisation au Hall Of Fame a eu lieu en 2008. Hakeem restera à jamais « The Dream », un mec qui nous aura fait rêver par son talent inoubliable !


❗❗Jouez au quiz sur Hakeem Olajuwon ❗❗

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!