Tracy McGrady | Quiz NBA

tracy-mcgrady-quiz-nba-basket-1 Tracy McGrady | Quiz NBA

Tracy McGrady aka « T-Mac » (surnom donné par sa grand mère) est un arrière/ailier qui a marqué l’esprit de la ligue par ses qualités offensives de grande envergure. Cependant, en raison de problèmes physiques, sa carrière n’a pas été à la hauteur de son immense talent. Retour sur la carrière NBA de ce phénomène !

18 ans et déjà en NBA

McGrady décide de rejoindre la NBA sans passer par la case université, car ses excellentes prestations, notamment en High School (lycée), lui permettent d’avoir une projection de draft très attrayante. C’est donc cette projection qui le motive à se présenter à cette draft de 1997, où il est choisi par les Raptors de Toronto en 9ème position.

McGrady rentre donc en douceur dans la grande ligue, portant le numéro 1 en référence à son idole Anfernee « Penny » Hardaway. Sa première saison est difficile, son temps de jeu est faible et selon ses dires, sa saison rookie est un véritable enfer car il s’y sent seul.
L’arrivée du nouveau coach des Raptors au cours de cette saison « Buch Carter », lui permet tout de même d’augmenter son temps de jeu en contrepartie d’une meilleure éthique de travail de sa part.

La saison suivante, les Raptors draft le futur Hall Of Famer (toujours en activité), et cousin éloigné de T-Mac, Monsieur Vince Carter, qui est d’ailleurs élu Rookie de l’année cette saison là.
L’arrivée de Carter est un élément important pour T-MAC, car tous deux deviennent inséparables. Dee Brown les qualifie même de « jumeaux siamois » .

Sur la saison 1999-2000, le temps de jeu de Tracy McGrady augmente significativement, ce qui lui permet d’être un sérieux prétendant au titre de meilleur 6ème homme de l’année. Mais ça c’était avant de devenir titulaire vers la fin mars, finissant la saison en 15.4 points, 6.3 rebonds, 3.3 passes décisives et un impressionnant 1,9 contre de moyenne !

Cette saison est historique pour cette jeune franchise car c’est la première fois de son histoire qu’elle se qualifie en playoffs ! Bon, elle se fera balayer 3-0 par les Knicks mais bon, cette qualification est encourageante pour la suite.


Tracy McGrady l’envol magique à Orlando

Free agent et donc libre comme l’air à l’été 2000, T-Mac décide de quitter définitivement Toronto pour rejoindre le Magic d’Orlando pour plusieurs raisons ! Tout d’abord, l’ambition : se contenter d’un rôle de lieutenant au coté de son cousin Vince Carter ne lui suffit pas malgré sa bonne entente avec ce dernier. De plus il souhaite également se rapprocher un peu de plus de sa famille restée en Floride.

Suite à cette décision, T-Mac va pouvoir prendre son envol et faire taire de nombreux détracteurs. Dès sa première saison à Orlando, il est juste monstrueux, finissant cette saison all-star et dans la All-Nba Second Team grâce à sa moyenne de 26,8pts, 7,5 rebonds, et 4,6 passes décisives par matchs… Une sacrée progression statistique comparée à l’année précédente qui lui permet de décrocher le titre de MIP (Most Improved Player Award = Meilleure progression de l’année).
Le Magic se qualifie donc en Playoffs mais tombe face aux Bucks 1-3, malgré une performance notable de T-Mac lors du game 3 ou il signe 42 points, 10 rebonds et 8 passes décisives.

La saison 2001-2002 s’inscrit dans la lignée de la dernière, T-Mac est une nouvelle fois all-star et finit pour la première fois de sa carrière dans la All-NBA First Team. Malheureusement, encore une fois, il ne passe pas le premier tour des Playoffs.

En 2002-2003, T-mac réalise la meilleure saison statistique de sa carrière en finissant notamment meilleur scoreur de la ligue avec une moyenne de 32pts/6,5rbs/5,5pad. C’est juste phénoménal ! Une prouesse qui lui permet alors de finir 4ème aux votes de MVP de la saison régulière.

De plus les playoffs commencent bien. Le Magic mène la série 3-1 lors du premier tour et T-MAC se voit déjà au second tour.
Tracy McGrady déclare : « Ça fait du bien de participer au deuxième tour. »
Malheureusement, McGrady a parlé un peu trop vite, ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le Magic finit par se faire éliminer en 7 matchs par les Pistons.
La malédiction du premier tour des Playoffs est bel et bien née.

La saison 2003-2004 est la dernière de McGrady au Magic car elle est collectivement catastrophique sur beaucoup de points : Orlando enregistre le pire bilan de son histoire avec 21 victoires et 61 défaites. Pour plusieurs raisons : de nombreuses blessures, un banc frileux et beaucoup d’inconstance. Ajoutez à cela une relation avec le GM qui se détériore… Autant d’ingrédients, qui mènent McGrady à exiger un transfert, même si T-Mac finit pour la 2ème fois consécutive meilleur scoreur de la ligue.

En dépit de ce titre, le transfert a bien lieu puisque McGrady est envoyé à Houston aux cotés du géant Yao Ming.

loading Tracy McGrady | Quiz NBA

Loading…

Style de jeu

Tracy McGrady était réputé comme l’un des joueurs les plus indéfendables de sa génération, aussi bien à l’aise en tant qu’arrière ou ailier, sa palette offensive semblait être sans limites.
Mesurant 2,03m pour 95 kgs, autant technique qu’atlétique, McGrady savait absolument tout faire sur un parquet ! 3 points, mi-distance, cross, gros dunk , layup, bon passeur, bon rebondeur ! Il avait même sa « spéciale » avec son self alley-oop contre la planche !

N’étant pas reconnu pour être un excellent défenseur, il était néanmoins bon dans ce domaine quand il CHOISISSAIT de s’y mettre #fainéant.

T-Mac pouvait aussi prendre feu, comme le soir du 9 décembre 2004 face aux Spurs, alors mené de 8 pts a 42 secondes de la fin du match, T-Mac ira inscrire 13pts en 35 secondes pour offrir la victoire aux siens. Une performance qui restera à jamais gravée dans l’histoire de la NBA.


Houston et YAO

Tracy McGrady est donc désormais associé à la Grande Muraille. Un duo qui sur le papier a clairement la prétention d’aller chercher un titre. Ils se verront d’ailleurs tous 2 sélectionnés au all-star game pour leur première année ensemble et iront même jusqu’à bien débuter les Playoffs, avant de s’effondrer au match 7 du premier tour alors qu’ils menaient la série 2-0 à l’extérieur.

Cependant, la saison 2005-2006 sera compliquée : T-MAC ne joue que 47 matchs pour cause de blessures, et Yao connait le même problème et n’en joue que 57. Au total, le duo n’a joué que 32 matchs ensemble, trop peu pour assurer une qualification en Playoffs…

La saison suivante est d’une tristesse sans nom pour T-Mac et les fans des Rockets. Après une bonne saison régulière de McGrady et une qualification en Playoffs, et après avoir menés 2-0, les Rockets craquent et se font éliminer 3-4 par le Jazz. T-Mac se rejette lui même la faute sur lui et on ressent toute sa tristesse lors de la conférence de presse suivant leur élimination.

Les Rockets connaissent un début de saison 2007-2008 catastrophique, cependant ils relèvent la tête au cours de la saison, en réalisant notamment 22 victoires consécutives. T-Mac est optimiste et déclare n’avoir jamais eu autant confiance en ses coéquipiers. Les Houstoniens sont en Playoffs et se voient offrir une revanche face aux Jazz. Cependant, encore une fois, la fameuse malédiction ne sera pas levée, et les Rockets s’inclinent malgré un McGrady à 40pts lors du match décisif. Ce sera d’ailleurs la dernière belle année de McGrady avant sa chute.

Fin de carrière

Sur la saison 2008-2009, McGrady ne joue que 35 matchs et ses statistiques individuelles ne cessent de baisser depuis ce jour. Ironiquement les Rockets se qualifient en Playoffs et passent même le premier tour sans lui …

C’est bien la fin, T-Mac ne joue que 6 petits matchs avec les Rockets sur la saison 2009-2010, ce qui a pour conséquence de le voir trade aux Knicks le 18 février 2010. Il signe ensuite aux Pistons sur l’année 2010-2011 puis au Hawks pour la saison 2011-2012.
9,4 ; 8 ; 5, c’est sa moyenne de points inscrits sur ces 3 dernières saisons depuis son départ de Houston.

T-Mac part faire une pige en Chine en 25/7/5, où il finit dernier du championnat, mais contre tout attente, les Spurs de San Antonio l’engagent pour les Playoffs à un match de la fin de la saison régulière le 16 avril 2013. Il n’y joue que quelques minutes certes, mais c’est la première fois que T-Mac joue au delà d’un premier tour de Playoffs !

Il annonce ensuite sa retraite définitive le 26 août 2013 et se voit rapidement intronisé au Hall Of Fame en septembre 2017.

La carrière de T-Mac reste un gros « What if » et l’on se pose de nombreuses questions sur l’ensemble de sa carrière. Qu’aurait-il pu accomplir sans les blessures ? Pourquoi n’a t-il jamais réussi à faire passer à son équipe un tour de Playoffs ? Mauvais leadership ? #CarmeloAnthony Pas de mental ? Equipe trop faible ? Autre ? Chacun aura son propre avis sur la question mais ce qui est sûr, c’est que T-Mac fût l’un des scoreurs les plus impressionnants ayant foulé un parquet NBA.

Pourtant, pour ma part, je ne pourrais pas le classer dans la grande liste des monstres sans bagues aux cotés de joueurs comme Karl Malone, John Stockton ou encore Patrick Ewing (pour ne citer qu’eux). Car, eux, ont prouvé en Playoffs leur classe, contrairement à notre cher Tracy. Nous le savons tous, c’est en Playoffs que l’on doit faire ses preuves et où le niveau des adversaires est à son paroxysme !

❗❗Jouez au quiz sur Tracy McGrady❗❗

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!