Yao Ming | Quiz NBA

quiz-nba-yao-ming Yao Ming | Quiz NBA

Yao Ming est un monstre de 2,29m, il est le joueur Chinois le plus emblématique de l’histoire. Issu d’une famille de basketteurs professionnels, Yao va exposer son talent et sa grandeur sur toute la NBA. Retour sur l’histoire de Yao Ming aka « La Grande Muraille de Chine ».

Post NBA & Draft

Yao Ming est né à Shanghai où sa vie est tracée : il doit devenir basketteur et faire rayonner la Chine. Ses parents, deux anciens basketteurs professionnels donnent naissance au petit Yao en 1980. Cette union et la naissance qui en découle ont été orchestrées par le Parti Communiste Chinois. Il débute sa carrière pro avec les Shanghai Sharks, et deviendra champion de Chine en 2002, à 22ans. Cette année sera également sa dernière en Chine. Sur cette saison, Yao Ming est juste monstrueux, réalisant une saison en double-double, et réalise + de 32Pts de moyenne avec un incroyable 72% de réussite aux tirs !

Bien évidemment, les scouts de la NBA repèrent Yao dès 1998, mais le faire venir aux Etats-Unis n’a pas été un long fleuve tranquille : des histoires financières plus que douteuses entourent son histoire. Au final, la CBA accepte de laisser Yao rejoindre la NBA en négociant pour qu’il se fasse drafter top 1 en 2002 par les Rockets. Cet accord fait de Yao le premier joueur international à être sélectionné en première position de la draft sans être passé par la case université US.


Les débuts de Yao Ming en NBA

Ce premier choix de draft est parfois critiqué. Certains ne voit en Yao qu’une muraille sans réel talent particulier. Charles Barkley en fera d’ailleurs les frais, puisqu’il lance un pari loufoque si Yao réussit à marquer plus de 19 points en 1 match sur sa saison rookie. Croire que le géant de 2,29m n’y arriverait pas, il n’y a que Charles Barkley pour dire ce genre d’ânerie ! Et c’est d’ailleurs le 17 novembre, que Yao plante 20 points sans rater le moindre tir, et que Barkley à dû assumer son pari… d’embrasser les fesses d’un âne ! Vidéo juste en dessous👇



The Dynasty » est porté par la population chinoise, car dès cette première saison avec les Rockets, il devient All-Star titulaire au dépend du gros Shaq. Comment est-ce possible ? Les votes sont ouverts au public et le public Chinois ne s’est pas fait attendre pour voter en faveur de leur star.

Dès sa saison sophomore, Yao permet à Houston de retrouver le chemin des Playoffs. Les Houston Rockets tombent la même année 1-4 face aux Lakers de ce fameux Shaq : #revenge.😜

Yao n’est pas juste grand

Être grand au Basketball est un avantage considérable, mais se contenter de ça ne fera pas de vous un excellent joueur, et ça, notre Grand Yao Ming l’a bien compris (à l’instar de Hashim Thabit  Shawn Bradley  Roy Hibbert).

Le pivot Chinois est plutôt agile pour sa taille, mais Yao est surtout très technique et possède une touche de balle qui peut en faire rougir plus d’un ! Son shoot à mi-distance, sa panoplie au poste bas et sa taille, font de lui un pivot très difficile à défendre. La stratégie du Hack à Yao ? Faire des fautes volontaires contre lui… Sauf que le bonhomme tourne à 83% de réussite aux lancers francs, on ne parle pas du Shaq ici.

La défense n’est pas sa spécialité, mais cela ne l’empêche pas de se donner dans ce secteur ! Sa taille lui permet de compenser certaines de ses lacunes, forcément, quand tu vois un monstre de 2,29m sous la raquette, ça dissuade !

Petite mixtape pour vous montrer de quoi Yao est capable !

Un duo à l’infirmerie

A l’été 2004, les Rockets décident de ramener le double meilleur scoreur en titre Tracy McGrady pour l’associer à la Grande Muraille. Un duo qui, sur le papier, a clairement la prétention d’aller chercher un titre. Ils se verront d’ailleurs tous 2 sélectionnés au all-star game pour leurs premières années. Ils iront même jusqu’à bien débuter les Playoffs avant de s’effondrer au match 7 du premier tour alors qu’ils menaient la série 2-0 à l’extérieur.

La saison 2005-2006 est compliquée pour les Rockets, pourtant Yao Ming réalise sa meilleure saison. Ses statistiques dépassent les 20pts de moyenne (22,3) avant blessure. Parce que oui, coup dur, Yao ne joue que 57 matchs et pour ne rien arranger, T-Mac connait également des pépins physiques. Au final le duo n’aura joué que 32 matchs et sans ses piliers les Rockets n’accèdent pas aux Playoffs. Saison à oublier.

La saison suivante commence bien : Yao s’affirme encore plus comme l’un des meilleurs pivots de la NBA, mais rebelote, Yao se blesse et se voit éloigné des parquets jusqu’en mars. Comme en 2004-2005, après avoir mener 2-0, les Rockets craquent et se font éliminer 3-4 par le Jazz de Deron Williams et Carlos Boozer.
La saison 2007-2008 est donc compliquée. Yao ne joue que 55 matchs et les Rockets sont trop irréguliers, affaiblis pour passer le premier tour. En même temps, quand tes 2 stars se blessent tout le temps, il est difficile de trouver de la régularité.

Lors de la saison 2008-2009, Yao joue 77 matchs avec ses compères. Les Rockets renaissent, et ce, même en l’absence de « T-MAC ». Les Rockets semblent avoir la capacité de prétendre au titre, puis PAF rien de tout ça n’arrive… Puisqu’en Playoffs, après avoir passés le premier tour sans T-MAC, le corps de Yao repart en chocapic lors du game 4 face aux Lakers, ce qui empêche Houston d’aller plus loin dans ces Playoffs…


Une retraite prématurée

loading Yao Ming | Quiz NBA

Loading…

Yao rentre malheureusement dans une boucle de blessures. Il y a être grand et être « TROP » grand. Un corps humain n’aime pas ça, surtout en pratiquant un sport physique de haut niveau comme le Basketball… La corpulence de Yao est aussi bien sa plus grande force comme sa plus grande faiblesse.

Yao ne reviendra jamais de cette blessure subit en 2008. Après une saison blanche, et une tentative de come back en 2010 où il se blesse (encore) après seulement 5 petits matchs, Ming met un terme définitif à sa carrière le 8 mai 2011 après 9 saisons NBA. Triste nouvelle pour tous les fans de la NBA, car qui ne pouvait pas aimer cet homme qui ne montrait que de la sympathie dans les médias !

Il est sûr que le pivot n’aurait pas eu la même notoriété avec une nationalité différente et une histoire différente, mais Yao n’était pas juste un joueur de Basketball. David Stern déclare d’ailleurs après l’annonce de la retraite de Ming : « Yao était un pont entre les supporteurs chinois et américains, disposant d’un merveilleux mélange de talent, de dévouement, d’aspirations humaines ».

Shaquille O’Neal dira même que : « Yao était très agile. Il pouvait être intérieur, il pouvait être extérieur, et s’il n’avait pas eu ces blessures il aurait pu être dans les cinq meilleurs pivots de tous les temps. »

Yao Ming reste un joueur qui continue et continuera d’en inspirer plus d’un. Un gros WHAT IF plane dans l’air, mais ce qui est sûr, c’est qu’il aura montré de beaux jours à Houston après la période de Hakeem « The Dream » Olajuwon. Le maillot de Yao Ming a été retiré, et il intègre le Hall Of Fame le 9 septembre 2016 en même temps que Shaq et Allen Iverson.

Il ne faut également pas oublier que Yao ne manquait jamais l’appel de la sélection nationale Chinoise. Portant souvent le drapeau du pays lors des JO, et même la fameuse flamme olympique lors des JO de pékin en 2008.

Après Hakeem et Yao, le flambeau des Rockets est maintenant passé dans les mains de James Harden.


❗❗ Jouez au quiz sur Yao Ming ❗❗


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!